Yoi-Otoshi-O! / bonne année qui vient! / Have a great year ahead!


Yoi-Otoshi-O! / bonne année qui vient! / Have a great year ahead!

(English text will follow)

2020 a été une année mémorable pour tout le monde, moi y compris.

C’était mon année, l’Année du Rat, l’année des Jeux Olympiques de Tokyo, une année remplie de nouveaux projets que j’avais prévus. Pourtant, à cause des circonstances particulières de cette année, ma mère a dû annuler son voyage à Montréal, l’un des plus gros événements de l’année a été annulé, j’ai dû annuler mon voyage au Japon, plusieurs nouveaux contrats prometteurs ont été annulés, et j’en passe…

Mais au lieu de me sentir impuissante et désespérée face à cette situation, j’ai commencé à faire ce que j’aime.

Quand la pandémie a éclaté au Canada en Mars, j’ai commencé à me préparer une boisson, un dessert ou un plat à base de thé (surtout le matcha pour booster le système immunitaire contre le Coronavirus!) . C’est devenu une routine quotidienne, et j’ai finalement commencé à partager des photos de ce que je préparais dans mes médias sociaux.

Vers la fin du printemps, j’ai commencé à pratiquer mes mouvements de cérémonie du thé toute seule tôt le matin dans un parc, près de la rivière ou tout simplement sous un arbre. Pratiquer la cérémonie du thé dehors m’a aidée à me sentir proche de la nature. J’avais l’impression que le temps s’arrêtait et que j’avais de l’espace pour moi-même. Des fois, je me préparais un petit pique-nique avec des mini onigiris que je dégustais en compagnie des oiseaux et des écureuils.

Puis, en été, j’ai commencé à offrir des cérémonies du thé gratuites à tous ceux qui étaient intéressés, avec distanciation physique et masques, bien sûr! Je voulais partager avec les autres cette expérience de calme et de paix dans la nature.

Cérémonie du thé Chabako

Même avec tous les ajustements qu’on a dû faire cette année, j’ai réussi à m’adapter avec calme tout en me préparant à d’autres défis éventuels. Ça me rappelle un livre écrit par le premier directeur de mon école secondaire au Japon, Bushido par Inazo Nitobe. Ce livre parle de la voie du samouraï et des huit vertus : la justice, le courage, la bienveillance, la politesse, la sincérité, l’honneur, la loyauté et la maîtrise de soi. Je recommande ce livre à tous, surtout en ces temps difficiles.

Grâce aux changements qu’on a dû faire dans notre quotidien, j’ai pu trouver un peu de bonheur en cuisinant, en faisant un pique-nique matinal avec les écureuils et en partageant un bol de matcha dans un parc avec d’autres amateurs de thé. Ce sont des choses que je n’avais jamais fait avant la pandémie, et que je n’aurais peut-être pas fait si la pandémie n’avait pas eu lieu.

Cette année nous a permis de comprendre que nos liens avec les autres sont plus importants que jamais, et nous a appris à apprécier les petites choses qu’on prenait peut-être pour acquises.

J’aimerais terminer cette année avec un mets traditionnel Japonais qu’on mange la veille du Nouvel An : les Toshikoshi Soba, un bol de nouilles de sarrasin (soba) dans du bouillon dashi chaud garni de tempura. (Si vous n’avez pas encore écouté la serie ‘MidNight Diner‘ S3 Ep10 sur Netflix, allez voir notre culture de Toshikoshi Soba!)  Toshikoshi signifie le passage à la nouvelle année, créant un lien symbolique entre l’année qui se termine et l’année qui commence, et les longues nouilles de sarrasin représentent la longévité. Même si on aimerait peut-être oublier cette étrange année, il y a quand même d’importants souvenirs et des choses à apprécier et à apprendre afin de bien commencer l’année qui vient.

Au Japon, le Nouvel An est considéré comme un nouveau départ. Alors mangeons des Toshikoshi Soba pour terminer cette année et accueillir l’année qui vient.

Yoi-Otoshi-O!

Toshikoshi Soba

2020 was such a memorable year for everyone, myself included.

This year was my year, the Year of the Rat, the year of the Tokyo Olympics, and I had various new projects planned. However, due to the circumstances of this year, my mother had to cancel her flight to Montreal, one of the biggest events of the year was cancelled, I had to cancel my flight home, new and exciting contracts were cancelled, and the list goes on and on…

But instead of feeling desperate and powerless in this situation, I started doing what I love.

When the pandemic erupted in Canada in March, I started making myself either a drink, a dessert or a dish using tea (Especially matcha to boost an immune system against Coronavirus!). It became my daily routine, and I eventually began sharing photos of what I made on my social media.

In late spring, I started going out by myself to a park, by the river or just under a tree early in the morning to practice my tea ceremony moves. Practicing tea ceremony outdoors helped me connect with nature. I felt like time stopped and I had some space just for myself. Sometimes, I made myself a few mini onigiri and had a little picnic surrounded by birds and squirrels.

Then, during the summer, I started offering tea ceremony sessions free of charge to anyone who was interested, with social distancing and masks, of course! I wanted to give other people this calm and peaceful experience in nature.

Cérémonie du thé Chabako

Even with all the adjustments we had to make throughout the year, I was able to adapt to the changes with calmness while preparing for future challenges. This reminds me of a book written by the first principal of the high school I went to in Japan, Inazo Nitobe’s Bushido. The book is about the way of the samurai and the eight virtues: justice, courage, benevolence, politeness, sincerity, honour, loyalty and self-control. I recommend this book to everyone, especially during these difficult times.

Through the changes we had to make in our day-to-day lives, I was able to find a little joy in cooking and baking, having a little morning picnic with the squirrels and sharing bowls of matcha in a park with other tea lovers. These are things I had never done before the pandemic, and that I might not have done if the pandemic hadn’t happened.

This year helped us realize that human connection is more important than ever, and taught us to appreciate little things that we may have taken for granted before.

I would like to end this year with a traditional Japanese New Year’s Eve dish called Toshikoshi Soba. It consists of buckwheat noodles (soba) served in a hot dashi broth and topped with different types of tempura. (If you have not see ‘MidNight Diner‘ S3 Ep10 on Netflix, please check it out and see our Toshikoshi Soba culture!). Toshikoshi literally means “year-crossing,” which symbolizes a bridge between the current year and the next, and the long soba noodles represent long life. Though we might want to forget this unusual year, we still have things to remember, appreciate and learn to continue to the following year.

In Japan, the New Year is all about starting fresh with a clean slate. So let us slurp some Toshikoshi Soba to end this year and welcome a new one.

Yoi-Otoshi-O

Toshikoshi Soba

+ There are no comments

Add yours